Les pièces mobiles du compresseur et des outils pneumatiques mécaniques sont également menacées par l’usure. C’est pourquoi ils sont généralement lubrifiés à l’huile.

Il en résulte un fin brouillard d’huile dans l’air comprimé, qui est transporté dans l’outil et y développe également son effet protecteur contre l’abrasion.

L’huile pour le compresseur peut généralement être rechargée directement au niveau du compresseur. Pour garantir que les outils soient également bien approvisionnés, on peut utiliser des huileurs à brouillard, qui forment souvent une unité avec un réducteur de pression.

Conseil : si seuls des outils individuels doivent être alimentés en huile, de petits huileurs peuvent également être montés directement à l’entrée d’air comprimé de l’outil.

Cependant, le pétrole n’est pas toujours souhaitable. Pour la peinture, par exemple, vous pouvez utiliser tout ce que vous voulez, mais certainement pas de l’huile dans l’air. Les résultats des travaux pourraient être gâchés par l’interaction entre la peinture et l’huile.

C’est pourquoi il existe des compresseurs sans huile. Dans le cas le plus simple, ils filtrent l’huile résiduelle, par exemple dans le réducteur de pression. Toutefois, il s’agit d’un compromis. Les véritables compresseurs sans huile se passent en fait de lubrification à l’huile dans le compresseur, par exemple en utilisant des matériaux de palier appropriés.

CompresseurPour un même rendement d’air, les compresseurs sans huile ont tendance à être plus chers que leurs cousins lubrifiés. Ils s’échauffent également davantage et doivent donc bénéficier de pauses de refroidissement régulières.

Les applications typiques sans huile comprennent l’utilisation de compresseurs d’aérographe. Ils fournissent de l’air sans huile à des fins artistiques ou décoratives et ont souvent des performances et des dimensions similaires aux mini-compresseurs. Contrairement à eux, ils sont également adaptés à un fonctionnement continu afin de pouvoir survivre à de longues séances de travail. Ils sont également particulièrement silencieux, ce qui les rend utilisables en studio. Et enfin, en tant que spécialistes, ils délivrent des pressions nettement plus basses – il ne faut pas plus de 1,5 à 3 bars environ pour l’aérographie, et avec des techniques comme le body painting, la haute pression est même totalement indésirable.

Tuyaux d’air

Pour les utilisateurs privés et dans les petits ateliers, l’air comprimé arrive généralement sur le lieu d’utilisation par un tuyau flexible provenant du compresseur. Les lignes de pression fixes sont plutôt inhabituelles dans ces environnements. Les tuyaux sont reliés par des raccords standardisés.

En règle générale, les tuyaux à pression sont déjà inclus dans le volume de livraison du compresseur. Néanmoins, des tuyaux supplémentaires seront généralement nécessaires : Les longs tuyaux, particulièrement pratiques sur un enrouleur, augmentent la portée sans avoir à déplacer constamment l’appareil. Des tuyaux de différents diamètres, adaptés aux besoins en air, permettent d’alimenter les outils de manière optimale. Des tuyaux séparés doivent également être utilisés pour les utilisations sans huile et lubrifiées à l’huile (et les marquer clairement). Enfin, il existe des applications où un tuyau droit est préférable, et d’autres où un tuyau spiralé compact est plus économique.

Avec le temps, si vous utilisez fréquemment l’air comprimé, vous achèterez probablement des tuyaux différents. Ici, il ne faut pas économiser du mauvais côté. Non seulement parce que les accessoires de haute qualité et conformes aux normes durent plus longtemps, mais aussi en raison des risques potentiels liés à la technologie de l’air comprimé : un tuyau éclaté ou un raccord qui se détache inopinément sont dangereux et peuvent causer des blessures graves.